Avec la relecture du Dr Couic-Marinier pour le

 

Virus ORL – les HE barrières et les synergies curatives

En complément de ces synergies préventives (voir curatives selon la charge virale) décrites dans cet article (cliquer sur le lien) mettant en avant : la protection immédiate des sphères ORL, notamment le nez avec le mélange barrière « huile nasale protectrice » qu’on peut alterner avec de la propolis/thym en spray, des mélanges cutanées et de diffusion d’huiles essentielles (règle de base : 3 fois par jour entre 15-20min dans les pièces communes, après aération).


Abréviations utilisées – Précautions d’usages et contre-indication

Dans cet article, vous trouverez ces abrégés : HE qui veut dire « huile essentielle » et HV pour « huiles végétales » ; CS : « cuillère à soupe » et CC : « cuillère à café » ; gtte pour « gouttes ».

Les HE décrites ci-dessous : le laurier noble et l’eucalyptus radié sont contre indiqués en cas d’Asthme fort (plus forte en 1.8 cinéole) celle de ravintsara, Saro peuvent être appliqué si l’asthme est léger, il faut respirer au flacon avant ou en déposant juste 1g sur le dos de la main et respirer. Toute HE à un potentiel allergique – on déposera 1g (goutte) sur le pli du coude et attendre 48h si pas de réactions cutanés).

En général : Les HE (dont celles citées dans cet article)  sont contre indiqués pour femme enceinte ou allaitante, les personnes épileptiques, les personnes hypersensibles ou présentant des cancers hormono-dépendants et toutes personnes ayant des problèmes de santé grave, sauf en diffusion dans un cadré suivis et sauf sur prescription médicale. On évite chez les enfants de moins de 6ans et interne, pas avant 7ans. Sauf, avis médical certaines peuvent être utilisé de façon ponctuelle et externe à partir de 3ans et on n’utilise jamais les HE sur des bébés et enfants de moins de 3 mois. Elles peuvent être prescrits à des enfants de moins de 14 ans jusqu’à 7ans, on partira alors de 5 à 7g, maximum 5 applications par jour.

En complément, pour les novices merci de lire ces précautions d’emploi général et du bon usage des huiles essentielles.

* Si pas de contre-indication énoncés ci-dessus : ces mélanges utilisés « non dilué » avec une HV sont plus efficaces.

 


En massage

=> mélange 1 – « Trouble ORL – 1er secours » (pour 10 ou 30ml – 1/3 de chaque) base : HE (Huiles Essentielles) de tea-tree, d’eucalyptus radié et de ravintsara (1/3 de chaque) – pour les enfants ou les personnes dites sensibles (voir encadré ci-dessus) : 5ml de HV (Huile Végétale) abricot ou sont dilués les HE ravintsara 2ml, tea-tree 1 et Eucalyptus radié 1.

La voie royale pour les huiles essentielles notamment pour la sphère ORL (certains parlent d’embaumement) qu’on priorise de la forme sublinguale (bouche) ou orale.

=> Mélange 2 – « T.ORL – plus grippal, (pour 30ml, pour 10 on divise par deux) : HE de ravintsara 10ml, tea-tree 10, eucalyptus radié 5 et laurier noble 5. Pour l’angine, le même mélange, sauf qu’on inversera ravintsara 5 et E.radié 10ml

=> Melange 3 – « T.ORL – plus rhumes/rhinopharyngites (pour 30ml, pour 10 on divise par deux): He eucalyptus radié 10ml, laurier 5, ravinstara 5, tea-tree 10 et. Voici une autre synergie pertinente, notamment pour déboucher le nez, sur ce lien.

=> Mélange « COVID » en phase aigüe (si grosse toux et troubles respiratoires) (© Aude Maillard) (pour 30ml, pour 10 on divise par deux) : HE Laurier 5ml, Cajeput 10, Lenstique Pistachier 10, Baume Copahu 5 (on peut aussi ajouter un peu d’encens 0.5ml qui est restructurant de est l’équilibre respiratoire et sédative en cas d’anxiété)

Ou

pour 30 ml : HE Laurier 10, Tea-tree 10, Thym à Linalol 5 et encens 5 et/ou Baume de Copahu.

=> Protocole d’application pour ces 3 mélanges : Dès les 1ers symptômes avec grosse charge virale, on applique 6 à 8 gouttes (5 g de chaque côté) sur les avant-bras, ou le thorax (en remontant sur les épaules, la nuque et le cou) ou voute plantaire, toutes les 20minutes et en espaçant toutes les heures selon améliorations (on peut aller jusqu’à 10fois pour le 1er jour) ; le lendemain on restera sur un rythme de 6 fois pendant 3 à 4 jours maximum, arrivé au 4e jour, on baisse à 3-4 fois, pendant 4 à 6 jours selon amélioration des symptômes.

* Notes – Application

– Pour tous les virus respiratoires de type grippe, SRAS-cov, etc. La règle d’utilisation avec les huiles essentielles est de taper très fort (pression aromatique) dès les premiers symptômes.Il y a avec les HE en massage une grande marge de manœuvre sans toxicité, on peut aller jusqu’à 20 gouttes toutes les 20minutes et pour les zones d’applications, il est bien d’alterner entre les zones : ‘thorax-épaule-cou’, ‘avant-bras’ et ‘voute plantaire’ en alternances, en essayant de ne pas dépasser 8 applications par jour et on peut ajouter un peu d’HV d’abricot ou noisette, raisins (HV bien pénétrante).- Si détresse respiratoire liée à ces virus ou si pas d’amélioration au bout de 5 heures pour des personnes considérées à risque (70ans +, diabète, obèse, hypertension) on préfèrera la voie rectale on dilue 10 ml de la synergie dans 90ml de calendula ou HV Abricot, mélangé et injecter 3ml de cette synergie dans une seringue en plastique (sans aiguille) X6 par jour. On suit ce rythme pendant 3 à 5jours (pression aromatique) et dès le 3e on descend à 5fois, puis 4, etc.

© Aude Maillard – Les Essentiels de l’aromathérapie

Allergie – Les HE barrière et synergies

La meilleure approche est d’éliminer la cause, mais ce n’est pas simple et cela prend du temps. Dans un premier temps, en attendant de repérer/détecter les allergènes, il faut quoi qu’il arrive aider les émonctoires avec certains « ingrédients détox » pour retrouver un équilibre. Dans cet article, je préconise juste un mélange d’huiles essentielles barrières pour calmer et arrêter une réaction allergique de quelque nature qu’elle soit.

Cependant sur le long terme : il peut être important de repérer  le ou les allergènes grâce à un « prick-tests »  et en complément, une prise de sang prescrit par un allergologue; c’est par la suite, qu’on travaillera sur le terrain pour arrêter ces allergies. La naturopathie est surement le plus adapté pour cela en revoyant : l’hygiène de vie et l’alimentation – quels nutriments à privilégier au printemps : plus de légumes verts, continuer les condiments piquants: ail, oignons, gingembres, les plantes médicinales en infusion comme le chardon marie, la bardane, le laurier, le romarin; dans les plats : la coriandre, l’ortie qui est la plante adaptogène par excellence

Le mélange HE, un spray propolis/thym et des feuilles de Laurier pour les infusions

 

 

La sélection HE 

 

Cette sélection est « 2 en 1 », du fait que certains allergènes sont présent en plein cœur de l’hiver, elles seront antihistaminique et antiviral dans une moindre mesure.

Citron  – utilisation adapté pour une cure avant ou après les repas en sublinguale – 2-3g  dans 1 cc d’huile d’olive directement sous la langue

Estragon –  utilisation adapté pour divers maux : 2g pour 10 de HV abricot pour tous les maux de ventre et 1g sous la langue si hoquet. – ne pas dépasser si possible en dosage pur 1 à 2 gouttes par jour du fait de la présence de methylchavicol.

Camomille romaine – utilisation adapté en préventif, voir en cas des crise : 2g sur un support jusqu’à 2-3fois par jour.

 

Le geste réflexe – crise :

 

J’applique sur l’aile du nez 1g de camomille romaine et 1g d’estragon qui seront dilués dans HV et je peux prendre en sublingual 1g de camomille romaine (pas allemande) sur un support neutre ou une CS d’huile alimentaire, au max 4fois jour.

 

Les synergies  :

 

=> Mélange 1 – « la base » (pour 10ml) : 70g katafray (antihistaminique), 35g camomille romaine et 35 g estragon – CSP HV

=> Mélange 2 – « le classique » (pour 10ml): 50g estragon et 70g camomille romaine pour CSP HV

=> Mélange 3 – « ville/pollution » (pour 10ml et non recommandé pour les asthmatique ») : 70g E.radié, basilic 20g et camomille romaine 40g – CSP HV

=> Mélange 4 – « le calmant » (pour 10ml) : 35g camomille romaine, 35g marjolaine coquille et 70g estragon – QSP abricot

 

* Notes – astuce :

=> Pour chacun de ces mélanges, on peut y ajouter 0.5 ml (soit 15g) pas plus, de menthe poivrée pour l’effet décongestionnant.

=> On peut en complément utiliser un spray nasal de propolis.

=> se reporter au cadre ci-dessus, ces synergies sont réservés uniquement à l’adulte et à l’adolescent, Pour les enfants de plus de 7 ans, on divise par deux et bien dilué, pas pour les bébé, les femmes enceintes et allaitantes

 

Les applications:

 

En premier, masser les ailes du nez pour 2g ou sur les poignets pour l’olfaction, 4 à 6 fois par jour.

En deuxième, (en cas de crise), masser la base du cou et le thorax si grosse crise (pendant 5 ou 10J avec la fenêtre) – pour 4 à 6g par application (+ HV), 3 à 6 fois, jour

 

En diffusion :

 

En hiver pour en effet 2/1 anti-viral : HE de sapin de Sibérie ou pectinés, citron, Eucalyptus radié (sans asthme);

Au printemps : HE de Lemongrass, petit grain bigarade ou camomille romaine

 

*Notes – les compléments naturo & phytothérapie

 

=> Pour calmer une rhinite allergique

– Se protéger le nez avec le mélange barrière « huile nasale protectrice » qu’on peut alterner avec de la propolis/thym en spray, des mélanges cutanées et de diffusion d’huiles essentielles (règle de base : 3 fois par jour entre 15-20min dans les pièces communes, après aération)

  • des infusions d’orties séchés , 1cc par tasse 4fois par jour
  • vitC Liposomale 1g X 2 par jour, calcium 500mg/jour et le magnésium 250mg/jour
  • et les mélanges HE recommandés ci-dessus

=> Dans l’alimentation, la salade pour aider le foie : endive, pissenlits, radis et si possible pétales de fleurs comme pâquerettes, soucis (calendula); toute les sauces se compose de d’huile d’olive de préférence au huiles oméga 3 (plus pour l’hiver), gingembre et citron; et les les aliments et jus anti-inflammatoire : le thé vert et jus de grenade

Une récolte de feuilles de pissenlit pour la salade et des fleurs de primevères pour les infusions – en début de printemps.

=> Anticiper les crises, avec les bourgeons (gemmothérapie) et les infusions: Cassis 10 gouttes X2/jour avec tisanes de romarins (10-15g) par litre. On peut compléter quelques jours après avec les bourgeons de hêtre, carmes et myrtille et avec les plantes en tisanes : plantain lancéolé (1CS par tasse)


 

Protocole de rééducation olfactive avec les HE

Comme l’explique le Dr Aude Maillard, le « COVID-LONG » s’installe en France en revêtant différents aspects symptomatiques, et un des plus fréquents est l’anosmie (perte d’odorat) souvent associée à l’agueusie (perte du goût). L’impact de ce trouble sensoriel sur l’état de santé a tendance à être sous-estimé. Pour autant, les sujets qui en souffrent sombrent dans un brouillard mental déprimant et handicapant.

Vous trouverez un protocole du Dr Françoise Couic-Marinier sur ce lien, en bas de page.

Et un autre training olfactif, ici 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.