Bâtir du durable en convivialité #1 – Maison

Cet article a été écrit par Braconnier du Cosmos, le 16 décembre 2018

Mieux vivre la simplicité avant la facilité: l’Entretien à la maison


Pour entretenir une maison, il n’y pas besoin de grand-chose et les produits du commerce sont trop spécialisés, en sachant que, comme nous allons le voir, une recette de savon de Marseille peut nettoyer plusieurs surfaces. De plus, on emploie des superlatifs de type « superpuissant » qui ne veulent pas dire grand-chose. Il est juste important de connaitre les quelques produits de base, c’est à chacun de tester ces mélanges. A l’image de notre corps, il ne faut pas se laisser berner par la sensation de « mousse » qui peut donner à penser que le produit agit plus efficacement que d’autres. Les produits du commerce ont pour la plupart un impact sur la faune et la flore aquatiques et ils contribuent à la pollution de l’air intérieur des maisons avec les ingrédients volatils qu’ils contiennent, comme par exemple le « bitrex ». De plus, la chasse aux microbes est devenue une véritable obsession dans nos pays du Nord, conduisant à une véritable complexification des produits et que suite à des bactéries et virus plus résistant, les produits de base mélangée à quelques gouttes d’huiles essentielles peuvent se révéler largement plus efficaces et en définitive, bien plus économique.

Il faut miser sur la sobriété et la simplicité dont le but est de simplifier son quotidien en ne multipliant pas les produits, on libère son esprit, on va à l’essentiel, de plus, la mode DIY qui est de faire soi-même aide à reprendre confiance pour contribuer à mieux harmoniser notre cerveau droit, en effet dans notre monde on ne touche pas assez la matière et cela permet d’être en pleine conscience dans son quotidien ce qui est le meilleur moyen selon moi pour lutter contre la dépression et autres dystonies nerveuses.

Enfin, on peut constater avec la pratique, qu’un produit agit sur plusieurs surfaces et inversement. Dans la maison comme au jardin s’applique l’adage permaculturel selon lequel : « un élément remplit plusieurs fonctions, une fonction remplit plusieurs éléments ».

 

Les produits de base


Produits-naturels-base_maison

* Le savon noir nettoie tous types de surface, il agit plutôt comme un dégraissant. On compte 7 cuillères à soupe pour 1l d’eau qu’on transvase ensuite dans un autre flacon par soucis économique et d’autant qu’il n’en suffit pas beaucoup de produit, pour une véritable efficacité. Par conséquent, on l’utilise à raison de 1 volume de produit pour 10 volumes d’eau. Le savon noir sert surtout à nettoyer les sols et les parties très sales et grasses toutefois on peut aussi s’en servir, pour la lessive.

* Les cristaux de soude (bi/carbonate de soude) : ils viennent de la craie et du sel. On s’en sert en complément pour mieux dissoudre les graisses, enlever le calcaire et pour détacher le linge. Il n’est pas biodégradable mais n’est pas toxique pour l’environnement. On fait une préparation de 10g de cristaux pour 1l d’eau, et au moment de l’application on utilise ce mélange à raison d’1 volume de produit pour 10 volumes d’eau.

* Passe-moi un savon ! Le savon de Marseille est le produit le plus polyvalent pour le ménage, la toilette et le linge. A comparer avec le savon noir que j’utilise plus pour le sol et à l’extérieur, au jardin. Pour la peau, on conseille en naturel le savon d’Alep qui est quand même plus respectueux.

La recette pour la lessive : 30g de savon de Marseille « véritable » (sans glycérine ni graisse animale) râpé, 15 gouttes d’HECT de citron (facultatif) et 1 L d’eau bouillante. On laisse reposer pendant une nuit et on l’utilise à raison d’1 volume de produit pour 10 volumes d’eau.

Une autre recette avec de la cendre; oui ce n’est pas une blague on va verser un résidu gris dans sa machine à laver toute moderne. Il faut savoir que le mot lessive vient du latin « Lixiva » signifiant « eau de cendre », de là, la potasse en tant que tensio-actif au pouvoir détergeant est extrait de la cendre par l’eau qui fait office de solvant.

Mag "les 4 saisons", @ terre vivante

Mag « les 4 saisons », @ terre vivante

 

 

* Le vinaigre (fruit de la transformation d’une boisson alcoolisé en acide acétique sous l’action de bactéries acétique du genre acetobacter) : Il est désinfectant, nettoie les vitres, les cheveux, les légumes et bien d’autres… On verse 1/2l de vinaigre, 10 gouttes HECT citron ou lavande vraie. Pour ceux qui sont sceptiques sur l’efficacité des huiles essentielles, ces deux huiles neutralisent le bacille d’Eberth et le Staphylocoque en 5 minutes, et le bacille de Loeffer (diphtérie) en 20 minutes. Cela peut aussi se faire avec la HECT Tea-tree ou Arbre à thé, qui est capable, et cela est prouvé, de détruire le virus H1N1 ! et donne un odeur plus supportable au vinaigre. Le vinaigre peut être remplacé par de l’alcool à 90° ou à 70°, alcool pour fruits, vodka… L’eau de javel est très utile mais hélas, elle laisse des traces dans les écosystèmes. Si vous réalisez ce mélange dans un pulvérisateur ou spray, pensez à mettre un bouchon pour éviter l’évaporation des huiles essentielles.

De la cave au grenier, il fait tout dans la maison et ses mille et un usages domestiques sont connus depuis fort longtemps ce qui fait de lui un véritable produit miracle et bon marché. J’en découvre tous les jours en particulier pour la santé, par exemple sur l’acné où on peut appliquer du vinaigre de cidre mélangé à du miel ou de l’ail, à appliquer sur le bouton ou en versant trois verres de vinaigre de cidre dans un bain très chaud et se détendre 30min de préférence le soir avant le coucher pour soigner les crampes et contractures musculaires. Il est aussi un excellent conservateur alimentaire, notamment le vinaigre blanc, vous trouverez les recettes ici.

 Il ne s’agit pas juste d’appliquer un produit, le rinçage après est tout aussi important.

 

Les bons gestes et les matériaux


 * Pour détacher : vous trouverez sur ce lien, les réflexes au naturel à avoir face au taches. En effet, les produits écologiques peuvent paraitre moins efficace, encore s’agit-il d’avoir les bonnes méthodes et une bonne connaissance de la matière et il n’y a plus besoin de détachants à base de “super actifs” souvent composé de « tensioactif de synthèse » souvent “super beurk”, ils ont encore hélas la vie longue dans les rayons des supermarchés, on les reconnait de par les charmants logos “Nocif”, “Facilement inflammable” ou encore “Dangereux pour l’environnement”.

* Pour dépoussiérer : on peut utiliser un vieux bas qu’on frotte pour le charger en électricité statique et attirer toutes les poussières. Le mieux est un chiffon microfibre lavable et réutilisable à vie. On bannit les produits dépoussiérants qui sont chargés de COV (Composés Organo Volatils), dangereux pour l’homme et la faune.

* Pour nourrir/protéger le bois : l’huile de lin est parfaite, mais plutôt pour le bois extérieur (manche à outils), pour le bois d’intérieur ça sera avec de la cire d’abeille (5g de cire pour 4 cuillères à soupe d’huile d’olive).

* Assainissement intérieur en cas d’épidémie durant l’hiver et autres : utiliser une bonne poignée de feuille d’Eucalyptus, mais cela peut se faire avec des plantes plus courantes et cultivées dans nos jardins comme le romarin, le laurier sauce, le thym et la menthe poivrée. Dans une casserole d’eau à ébullition, on dépose les plantes et on laisse bouillir ¼ d’heure, permettant à la vapeur de se propager dans les pièces.

* La vaisselle : Un bac lavage et un bac rinçage pour réduire les quantités d’eau. L’eau froide peut suffire dans beaucoup de cas. Pour les produits vaisselle : un simple savon (sans additifs qui sont difficilement biodégradables dans l’environnement, en particulier si cette eau finit pour l’arrosage des plantes) frotté contre une éponge. Pour des plats trop gras, de l’eau chaude et un verre de vinaigre blanc suffisent, et enfin utiliser une serviette et une éponge qui serviront uniquement à la vaisselle ! Ce n’est pas juste de la maniaquerie, cela a pour but d’éviter quelques gastroentérites en période de pandémie dans cette démarche de soins et de sobriété. Dans la nature, à la fin du bivouac on peut faire sa vaisselle avec du sable et des petits cailloux, de la cendre ou bien des restes de marc de café.

La fibre de la courges concombres variété ‘Luffa’ qui permet de créer une éponge exfoliante.

* Les éponges : Il est mieux de favoriser les éponges végétales faites de viscose (cellulose bois), ou de coton, certifiées FSC. Mais surtout vous pouvez en fabriquer à partir de vieux pulls de type « polaire », et aussi au jardin en cultivant des courges concombres variété ‘Luffa’. Dans ces cucurbitacées, on utilise la fibre du fruit pour créer une éponge exfoliante.

* Pour la préparation de ces produits : D’une part, on se lave les mains ; de l’autre, on travaille sur un plan propre, et enfin, on note le nom, les ingrédients utilisés et la date sur le récipient définitif. Avant de mettre le mélange, il convient de stériliser les récipients et de fabriquer de petites quantités selon ses besoins.

*Le matériel nécessaire : On favorise les cuillères en bois, les râpes, les tabliers et les récipients en verre et en terre cuite. Pour les casseroles, on évite le métal, l’aluminium et le téflon et on favorise l’inox de bonne qualité, la céramique et la fonte. Il faut également des entonnoirs, fouets et divers flacons.

* Voici un aide-mémoire des produits, ci-contre (cliquer sur le tableau ci-dessous, pour agrandir) :

Almanach-maison_illustrations_2

 

Pour aller plus loin


– Livre: Je fabrique mes produits ménagers et mon shampoing, mon savon de Lætitia Royant aux éditions terre vivante

– Mes deux brochures de référence pour la droguerie écologique, parce que facile à la fabrication et donnant un grand nombre d’astuces

– Livre: 25 recettes de produits ménagers écologiques d’Adeline Grolleau

Cet article dépend du thème Terrain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *